Toute l’actu Déco, Photo, Graphisme, Dessin et Mode par Lignes & Formations,
l’école à distance des métiers créatifs

Accueil  |  Qui sommes-nous ?  |  Contact

Les procédés de production ... de l'impressionBlog Lignes et Formations
Accueil Parole de pro Les procédés de production … de l’impression

Pour la production d’un document, qu’il soit à finalité écran ou papier, il existe différents types de techniques. Isabelle Vaudescal nous éclaire sur ce sujet.

On peut noter 4 grands ensembles de procédés techniques de production :

  • l’écriture manuscrite ;
  • la typographie au sens premier, technique d’impression de Gutenberg. Il s’agit de l’écriture avec des caractères mobiles ;
  • la dactylographie, avec l’utilisation des machines à écrire ;
  • les écritures produites à l’aide de l’ordinateur.

L’écriture numérique la plus récente, se développe avec l’apparition de nombreux logiciels pouvant gérer des polices de caractères.

Textes numériques destinés à l’impression

Le développement de l’informatique et des ordinateurs révolutionne les conditions de production de documents imprimés. Avec un ordinateur, un logiciel de traitement de texte, et une imprimante, chacun a les moyens techniques de produire des documents de qualité.
La révolution numérique permet à une majorité de personnes d’avoir la possibilité d’imprimer ses propres conceptions typographiques et de mises en page. Dès le primaire et durant toutes leurs études, les étudiants apprennent à utiliser les ordinateurs, cependant la mise en forme et la mise en page du texte ne sont généralement pas abordées. Chacun fait alors, avec les moyens dont il dispose, comme il peut, et comme il croit savoir faire.

production-impression

©C. Vuillemin

Textes numériques destinés à une diffusion par le réseau

La particularité de ces styles de messages est la communication rapide, voire synchrone. La mise en forme n’existe pas et les techniques par lesquelles nous passons ne le permettent pas.

Pour les pages web, les contraintes et les possibilités de mises en pages sont radicalement différentes de celles de l’impression papier.
Peut-on utiliser n’importe quelle police sur un site Web?
Oui en pratique, mais non… Cependant grâce à Google Web Fonts, cela va être de plus en plus possible, mais tous les navigateurs ne l’implémentent pas.

Lisez cet article qui explique bien les différentes possibilités et les avancées en termes de typographie à utiliser pour le Web :
www.alsacreations.com/article/lire/631-quelles-polices-pour-un-site-web.html

Le navigateur va tout d’abord utiliser une police qui est présente sur l’ordinateur de l’utilisateur. Si ce n’est pas le cas, il va en essayer une deuxième, voire une troisième et une quatrième, et enfin si rien ne va plus, le navigateur devra utiliser une police «générique».

Les caractères numériques occupent une place importante désormais dans nos vies quotidiennes. Avec les smartphones ou les ordinateurs, l’utilisation des caractères fantaisistes, des smiley ou autres icônes, fait oublier ce que peut signifier, véhiculer un dessin de lettres.

Les différents procédés d’impressions

L’imprimerie, grâce aux progrès technologiques, s’est largement développée et diversifiée. Le choix est très large et il est possible d’imprimer sur des étoffes, des plastiques, du verre, des métaux et des centaines de sortes de cartons et de papiers. Il est essentiel d’être conseillé par un professionnel, connaissant les caractéristiques, les avantages et les inconvénients de chaque technique. Il faut prendre en compte la quantité, le délai, la qualité, le budget, etc…
L’ensemble des procédés d’impression peut se classer en deux grandes catégories :

  • Ceux qui utilisent une forme imprimante (creux, plan, relief)
  • Ceux qui n’utilisent pas de forme imprimante.

Consultez ce site qui répertorie l’ensemble des procédés d’impression :
www.bepub.com/view_fiche_pratique.php?id_fic=14

Le support

Les produits de la papeterie se sont beaucoup diversifiés et il faut savoir choisir le bon produit en tenant compte de son aspect qui doit s’adapter à l’usage.
Les papiers “impression” n’ont pas la même surface : satinée, surglacée, apprêtée.
Quelques types de papier :
Papier offset : conçu spécifiquement pour les impressions offset, ce type de papier existe en plusieurs qualités. Il s’agit de papiers non couchés dont la surface est amidonnée.
Résultat : une belle qualité d´impression surtout pour les images.
Utilisation : livres, catalogues, brochures, dictionnaires, publicités…
Papier couché : papier recouvert d´une ou deux couches de produits (minéraux et liants) pour obtenir une surface lisse. La surface est poreuse. Le papier couché peut être mat, lisse ou de qualité intermédiaire.
Utilisation : catalogues, dépliants, magazines, encyclopédies, éditions de luxe ou d´art.
Papier non couché : papier apprêté : c’est-à-dire pressé entre rouleaux pour obtenir une épaisseur uniforme et une surface lisse, dont la surface ne reçoit ni traitement ni finition.
Papier bouffant : papier qui a une épaisseur supérieure par rapport à un papier classique, alors qu’il a le même grammage. Il n’a pas eu de traitement, et présente une surface rugueuse. Il est essentiellement utilisé en édition, mais il faut l’éviter en illustration.
Papier bible : papier de grande qualité, très fin, solide et résistant dans le temps. Il est généralement utilisé pour l´impression d´ouvrages à pagination importante.

Finitions d’impression

  • Vernis

Les vernis sont très légers et ont pour but d’embellir les imprimés. Ils ont également un rôle de protection des imprimés.

http://www.studiofaz.fr/

www.studiofaz.fr

  • Pelliculage

Le pelliculage a la particularité de protéger les imprimés de manière efficace.
Le document est plus résistant, il s’abîmera moins : il est plus résistant à l’humidité, aux taches, déchirures…
Les produits pelliculés sont plus attractifs, comme pour les couvertures. Leur aspect est plus qualitatif et donc plus vendeur.
Pour se rendre compte des différents pelliculages :
http://www.japell.fr/metiers-pelliculage-films.32.0.html

  • Gaufrage

Procédés d’impression qui creusent ou donnent du relief au support.

production-impression

www.lavillebraille.fr

  • Plastification

Pour protéger les documents de l’eau, de l’humidité…

  • Encapsulage

Protection de l’imprimé par une plastification transparente au recto verso avec débord de quelques millimètres.

  • Marquage à chaud

C’est un procédé qui consiste à faire un transfert à chaud d’une pellicule métallisée sur un support compatible, d’un texte ou décor à l’aide d’un appareil de marquage. Les marquages à chaud peuvent être de différentes couleurs, les plus communs étant en or ou argent.

production-impression

print-hunter.fr

production-impression

print-hunter.fr

Toutes ces techniques de finition peuvent apparaître en partie sur vos projets : sur un titre par exemple…

  • Impression 3D

En 2014, le phénomène de l’impression 3D se développe. Cette technologie moderne, qui permet de modéliser sous forme d’objet 3D des données numériques, suscite depuis quelques années, l’intérêt des industriels, mais aussi des professionnels de la culture et de la création.

Les expérimentations sont diverses et provoquent à chaque fois l’admiration, l’étonnement. Mais comment ce procédé va-t-il évoluer ? Va-t-il être plus accessible, et quelle place aura-t-il dans notre quotidien ?

Regardez cette vidéo faite par 2 artistes canadiens sur cette impression 3D
www.youtube.com/watch?t=38&v=QD2Rdeo8vuE

L’impression 3D : une méthode d’impression futuriste, pour tout le monde, révolutionne l’univers du textile, pour une couverture de livre, etc
http://etapes.com/search/impression

production-impression

www.3dnatives.com

Isabelle Vaudescal

Cet article vous intéresse, partagez-le !
    Publié par : le 24 Août 2015

    Envoyer un commentaire :


    Nom :
    Mail :
    Commentaire :



    Suivez-nous :

    Par mail :
     
    Sur les réseaux sociaux :
     

    Commentaires récents :

    Membre de la CHANED, Chambre Syndicale Nationale de l'Enseignement privé à Distance.