Toute l’actu Déco, Photo, Graphisme, Dessin et Mode par Lignes & Formations,
l’école à distance des métiers créatifs

Accueil  |  Qui sommes-nous ?  |  Contact

Le provocant photographe japonais Araki au musée GuimetBlog Lignes et Formations
Accueil A vos agendas Le provocant photographe japonais Araki au musée Guimet

Tokyo, la mort, le sexe et les femmes, voilà en quatre mots ce qui pourrait résumer l’incroyable travail du très controversé photographe japonais Araki. Depuis 60 ans Nobuyoshi Araki joue tour à tour la provocation ou la controverse, en exposant la perversion et en faisant fi des codes moraux et sociaux pour nous interroger sur nos désirs les plus enfouis et les plus secrets.

Le provocant photographe japonais Araki au musée Guimet

www.guimet.fr
Le provocant photographe japonais Araki au musée Guimet

Nobuyoshi Araki de ses débuts à Satchin

Ayant reçu un appareil photo dés l’âge de 12 ans en cadeau par son père pour photographier ses copines ; il n’a pas cessé depuis de photographier, notamment de photographier les femmes.

Le provocant photographe japonais Araki au musée Guimet

© Nobuyoshi Araki

En 1964, tout juste lauréat d’un diplôme d’ingénieur en photographie, il commence sa carrière dans une agence de publicité et remporte la même année un prix décerné par le Sun Magazine pour sa série Satchin.
Son style, emprunt de surréalisme italien des années 45-50 met en scène des enfants de son quartier jouant dans un décor encore marqué par la guerre et son chaos. Mais la série se veut positive, porteuse d’espoir et pleine d’énergie pour son pays et sa ville.

Les femmes, le sexe et la mort

Sa première série propose un style différent de ce que l’on connaît aujourd’hui d’Araki. Cette obsession sexuelle est partout et se démarque non pas pour son caractère érotique ou provocant, mais surtout parce que le photographe sort de l’image de l’artiste reclus dans son studio, et table sur la profusion d’images.

Cette posture lui permet de désacraliser l’image, il multiplie les prises de vue et les canaux de diffusion. Son œuvre compte plusieurs centaines de livres (400 lit-on ici ou là) et il se positionne sur toute la chaîne de production de la prise de vue à la mise en page en passant par la typographie.

Dans les années 70 il affirme cette obsession et expose Manifeste sur le sentimentalisme en exposant des sexes féminins en gros plan puis des fascicules de photo qu’il envoie à des amis, des critiques d’art et des personnes prises eu hasard dans l’annuaire.

En 76, il édite Voyage sentimental un recueil de photos très intimes prises au cours de sa nuit de noce avec sa femme Yoko, et vingt ans plus tard, Voyage en hiver où il expose la maladie et la mort de celle-ci. Le décès de sa femme radicalise son travail, il est à plusieurs reprises menacé de délit d’obscénité avec des publications retirées de la vente, une exposition remise en question, et un galeriste est arrêté pour avoir montré des photos de nus. Finalement les procédures n’aboutissent pas et Araki peut vivre son art et continuer de nous interroger ou de nous surprendre notamment via ses images polaroid mettant en scène Lady Gaga ligotée selon la technique du kimbaku, un érotisme basé sur la domination et le bondage très en vogue au 19°s.

Le provocant photographe japonais Araki au musée Guimet

© Nobuyoshi Araki

Avec 60 ans de recul il est difficile de circonscrire le travail d’Araki tant ce photographe acharné s’échine à photographier sans relâche et tous les jours, la vie quotidienne, les femmes, la vie à travers les vitres d’un train, d’un taxi, du lever au coucher, tout. La photographie est une nourriture dont il ne semble jamais rassasié et qui apparaît comme un carburant métaphysique à sa condition humaine. Pour notre plus grand plaisir.

David Lefèvre

Araki au Musée national des arts asiatiques – Guimet, c’est jusqu’au 5 septembre.

http://www.guimet.fr/fr/expositions/expositions-a-venir/araki

Cet article vous intéresse, partagez-le !
    Publié par : le 27 Avr 2016

    Envoyer un commentaire :


    Nom :
    Mail :
    Commentaire :



    Suivez-nous :

    Par mail :
     
    Sur les réseaux sociaux :
     

    Commentaires récents :

    Membre de la CHANED, Chambre Syndicale Nationale de l'Enseignement privé à Distance.