Toute l’actu Déco, Photo, Graphisme, Dessin et Mode par Lignes & Formations,
l’école à distance des métiers créatifs

Accueil  |  Qui sommes-nous ?  |  Contact

Couleur perçue, couleur réelle, couleur peinteBlog Lignes et Formations
Accueil Parole de pro Couleur perçue, couleur réelle, couleur peinte

Quand on commence à utiliser les couleurs, on va souvent vers des couleurs trop saturées, trop vives. Pourquoi ?

Cette fameuse « réalité »

Nous voyons moitié avec nos yeux et moitié avec notre cerveau, et la part du cerveau est peut-être encore bien supérieure dans l’image que nous créons face aux informations transmises par la lumière. Rappelons-nous tout d’abord que l’image que nous recevons arrive renversée (la tête en bas) et que c’est  notre cerveau qui nous a fait la gentillesse de tout remettre à l’endroit.

Bien sûr, on peut aussi ajouter que nous n’avons pas tous la même perception des détails, ni la même sensibilité à la lumière et aux couleurs. Mais nous allons partir du fait qu’une image objective est tout d’abord perçue.

Pour les besoins de la démonstration, comme nous ne pouvons pas tous lire cet article face au même paysage, partons de cette photo et des informations objectives (c’est-à-dire mesurable en terme de chromie) qu’elle contient :

Formation illustration BD

Notre perception de la réalité : «  un mauvais interprète »

Imaginez que vous faites un voyage de groupe dans un pays où seul l’un d’entre vous parle vaguement la langue du pays. Dès qu’il y aura une conversation avec un autochtone, certains mots seront compris, d’autres déduits du contexte de la phrase, et d’autres tout simplement ignorés.

Allons plus loin, vous visitez un pays avec un guide local, qui parle votre langue avec un peu d’improvisation. Je me rappelle d’un voyage où le taximan pour parler des clandestins, disait « les grands destins », ce n’est pas tout à fait la même chose. Donc votre guide va non seulement faire des erreurs, mais aussi vouloir embellir en traduisant, pour vous présenter son pays sous le meilleur jour, ce qui est normal pour un guide touristique.

C’est la même chose qui se passe fasse à la réalité. Le ciel n’est pas vraiment bleu ? Et pourtant vous allez le voir bleu, parce qu’un ciel … c’est bleu. Pareil pour les couleurs de l’herbe, bien verte même si dans le vert de la réalité il y a aussi du rouge et du noir, notre « palette interne » va recomposer ce vert avec uniquement du bleu et du jaune.

Et pour des couleurs qui choquent un peu ce que nous SAVONS, comme les couleurs des pierres, nous préférons les couleurs que nous voulons : la pierre, c’est couleur ocre ou gris, mais pas mauve ! Pareil pour les toits des maisons, si vous deviez retrouver la couleur de ceux-ci de mémoire, vous auriez de grande chance de dire qu’ils étaient couleur brique ou couleur ardoise, mais pas de cette teinte rosée.

Voici donc ce que ça donne (évidemment pour les besoins de la démonstration, j’ai exagéré les transformations sur la photo) :

Formation illustration BD

Dis Monsieur, dessine-moi un paysage…

La transformation ne s’arrête pas ici, puisque nous voulons en fait peindre ce paysage. Et là, au lieu d’essayer de bien percevoir toutes les nuances de la vision objective, nous allons plutôt tremper nos pinceaux dans notre cerveau que dans notre modèle.

Comme, de plus, puisque nous sommes débutants, nous n’avons pas toujours le désir (ou la patience) de réaliser des tons fins et précis, nous allons souvent prendre la couleur « comme elle sort du tube » et faire un minimum de mélange… Le vert, c’est du jaune et du bleu, et hop ! Alors qu’il nous aurait fallu rajouter certainement du rouge, de l’ocre, du gris, et chercher par tâtonnements successifs la teinte la plus proche possible du modèle, nous allons nous contenter de couleurs qui sont « justes » dans le sens où nous avons bien mis du vert, alors pourquoi se poser la question de la nuance de ce vert.

C’est un peu comme si notre guide nous disait « Ce restaurant est ouvert, on peut manger ». C’est certes une information « juste » mais qui manque cruellement de précisions : Y-a-t’il de la place ? Est-ce que l’hygiène est correcte ? Quels sont les tarifs ? Prennent-ils la carte bleue ou non ? Est-ce bon ? Et qu’y mange-t-on ? Parce que cette grande enseigne avec une tortue peinte dans une marmite ne nous plaît tout de même qu’à moitié…

Voilà donc à quoi ressemblerait notre peinture « d’après nature ». Et si vous trouvez cela exagéré, je vous assure que dans l’atelier sur la prise en main des techniques d’illustrations et BD, je vois presque à chaque fois des couleurs aussi « flashies », aussi saturées :

Formation illustration BD

Alors,  il faudrait juste reproduire parfaitement la photo de départ ?

Non bien sûr, nous sommes en train de faire une peinture et notre but n’est pas de nous aligner sur la « réalité », mais de la magnifier. Alors voilà ce que notre peinture pourrait être :

Formation illustration BD

Ici, on redonne un peu de puissance en termes de saturation aux verts et aux bleus (sans pour autant les rendre criards), le ciel blanc a été un peu bleui, la couleur des pierres et du pont rendue un peu moins rose, sans devenir marron pour autant. De même, on atténue le côté violet des ardoises pour le rendre un peu plus neutre. Voilà, essayez de nuancer de plus en plus vos couleurs, d’aller vers la subtilité.

Le meilleur prof que vous trouverez à ce sujet, c’est le musée. Qu’il s’agisse du Musée d’Orsay, ou de bien d’autres qui présentent de l’art figuratif, n’hésitez pas à vous y promener avec vos propres travaux en couleurs sous la main et à comparer les teintes que vous employez et celles des maîtres, cela vous fera faire d’énormes progrès.

Soyez patient, avoir un œil de peintre, ça se mûrit petit à petit, mais il est indispensable d’arriver à acquérir ce sens de la subtilité, que vous fassiez des travaux d’après modèles ou d’imagination.

Jean-Paul Aussel

Cet article vous intéresse, partagez-le !
    Publié par : le 05 Oct 2016

    1 Commentaire :

    1. Marijelle

      Tres fort cet article! Il n’y a pas de miracle, ni d’astuce secret, mais au moins on réalise que l’on fait tous les mêmes erreurs au debut. Mais je viens d’avoir le problème sur papier et en même temps avec des murs que je veux repeindre. La couleur que j’aime sur papier est difficile de retrouver sur nuancier, puis dans le pot de peinture, puis sur le mur… 4 couleurs très différentes! Difficile d être sûre de son choix.

    Envoyer un commentaire :


    Nom :
    Mail :
    Commentaire :



    Suivez-nous :

    Par mail :
     
    Sur les réseaux sociaux :
     

    Commentaires récents :

    Membre de la CHANED, Chambre Syndicale Nationale de l'Enseignement privé à Distance.