Toute l’actu Déco, Photo, Graphisme, Dessin et Mode par Lignes & Formations,
l’école à distance des métiers créatifs

Accueil  |  Qui sommes-nous ?  |  Contact

Pourquoi faire une analyse d'oeuvre d'art ? - Blog Graphisme Lignes & FormationsBlog Lignes et Formations
Accueil Parole de pro Mais pourquoi faire une analyse d’oeuvre d’art ? Moi, ce qui m’intéresse c’est le stylisme !

… Ou la bande dessinée, ou le graphisme, ou la déco, ou la photographie, ou l’illustration, etc.

Beaucoup d’élèves sont un peu décontenancés lorsque dans leur cursus d’éducation artistique à Lignes & Formations, ils se retrouvent à devoir analyser une œuvre, imposée ou non. Et pourtant, cet exercice a toute son importance !

Ce n’est pas l’histoire de l’art qui m’intéresse !

On pourrait paraphraser une réponse célèbre en remplaçant ici  le mot « politique » par « art » et dire : « si tu ne t’intéresses pas à l’histoire de l’art, l’histoire de l’art, elle, s’intéresse à toi ». Mais, allons un peu plus loin.

Tout d’abord, il ne faut pas confondre analyse d’œuvre et analyse historique. Dans des études théoriques sur l’art, les connaissances historiques jouent un grand rôle, et certaines facs sont spécialisées dans cette vision théorique qui n’englobe aucune pratique. Mais si vous avez choisi une formation en arts appliqués à Lignes & Formations, il faut changer votre vision de cette optique strictement intellectuelle.

Pourquoi faire une analyse d'oeuvre d'art ?

Bon, une analyse d’oeuvre d’art, c’est juste un exposé alors ?

Pas du tout ! Si le théoricien de l’art va en effet disserter sur toutes les composantes d’une oeuvre, l’artiste d’arts appliqués doit plutôt raisonner comme un artisan. Ce qui l’intéresse c’est de savoir pourquoi telle oeuvre reste puissante plusieurs siècles plus tard, et non pas de connaître l’aspect anecdotique qui peut entourer celle-ci.

La Joconde était un homme ? Peut être, mais on s’en moque ! Ce qui compte c’est de savoir pourquoi ce tableau conserve une force expressive. Alors, les symboles cachés, les chiffres dans les yeux, etc. tout cela est certainement passionnant et lucratif pour chaque livre ou film réalisé sur ce sujet, mais ce n’est absolument pas dans l’analyse d’oeuvre que l’on va parler de ce genre de détails triviaux.

Il ne s’agit pas de parler du prix d’une oeuvre, de raconter en détail les aléas de sa création, de savoir quel jour Van Gogh s’est coupé une oreille, de parler de toutes les dimensions du Taj Mahal. Vos correcteurs attendent tout à fait autre chose.

Une enquête … picturale !

Vous trouverez dans les coups de pouce associés aux devoirs, sur votre Espace élève, des précisions sur chaque devoir d’analyse d’oeuvre. Mais le principe restera globalement le même : la partie historique ou biographique doit être traitée rapidement, ce qui compte ensuite c’est de mener l’enquête.

Tout d’abord vous allez décrire précisément ce que vous avez sous les yeux, qu’il s’agisse d’une oeuvre plate ou en trois dimensions. Ce qui va inclure l’étude de la lumière, des couleurs, des dimensions, du traité (soigné ou rapide), du degré de « réalisme » (sans oublier que même une photo n’est pas la réalité), en parlant du sujet représenté (ce que font les personnages s’il y en a) et en vous arrêtant longuement sur la composition (comment l’artiste dirige votre regard sur tel ou tel point).

Lignes-formations-analyse-art

Le coupable ? Le Colonel Moutarde !

Et oui, vous avez fait votre enquête, et à l’instar de Columbo, Hercule Poirot, Sherlock Holmes et autres, dans une deuxième partie après vos observation, vous devez trouver, non pas un coupable, mais ce qui ressort de l’oeuvre pour vous. Soyons clair, si votre raisonnement est cohérent et que pour vous le tableau de Van Gogh « Champ de blé aux corbeaux » évoque un envol gai et non quelque chose de dramatique, vous avez le droit de le voir ainsi. Du moment que votre devoir justifie clairement votre point de vue.

Par contre, que vous trouviez ce tableau triste ou gai, rien ne vous permet dedans d’écrire « qu’il est évident que l’artiste va se suicider quelques temps après », de même que dire qu’en peignant « Fenêtre à Tahiti » en 1936, Matisse réagit au fascisme. Par contre, lorsque l’on voit le tableau « Guernica », il est évident que celui-ci parle de la guerre.

Que la force des oeuvres d’art soit avec vous !

Avez-vous remarqué que certaines images sont souvent reprises pour faire des couvertures de livres, que ce sont surtout certaines peintures qui reviennent lorsque l’on évoque des peintres, ou quelques photos pour de grands photographes, idem en architecture, en design, etc. D’une part, plus une oeuvre est connue, plus elle est exposée, mais au départ il s’agit surtout d’oeuvres qui ont une prégnance remarquable. La prégnance étant la capacité d’une création à s’imposer à l’esprit. Il y a des « ressorts cachés » dans des images qui font qu’elles nous frappent. Par exemple tous les élèves qui choisissent d’étudier une oeuvre de Munch choisissent « Le Cri » car la détresse et l’angoisse de ce tableau continue à frapper notre conscient et notre inconscient un siècle après sa création !

Dans votre analyse d’oeuvre, votre but est d’arriver à découvrir ces ressorts cachés. Le plus possible. Parfois la force d’une oeuvre d’art est vraiment volontaire de la part de l’artiste, parfois elle apparaît presque malgré lui (on peut appeler cela l’inspiration). Pour cette raison vous ne devez pas baser votre analyse sur les mots de l’artiste.

Lignes-formations-formateur-analyse-art

Copier n’est pas jouer !

De même que nous ne conseillons pas de vous baser sur les propos d’un peintre, il faut éviter absolument de lire des analyses sur l’oeuvre que vous voulez étudier. Ce qui va vous profiter pleinement dans vos futures créations, c’est d’avoir décrypté le travail d’un autre par vous-même, de façon autonome. Evidemment copier intégralement un site ou un livre ne sert absolument à rien.

Par contre vous pouvez lire différentes analyses sur d’autres oeuvres d’art afin de vous roder sur cette discipline.

Il est normal d’avoir des difficultés au départ, mais un élève qui fait un travail personnel même un peu court, aura toujours une meilleure appréciation que quelqu’un qui part dans la direction « exposé ».

 

Voilà, j’espère que cet article vous aura convaincu de la nécessité de ne pas voir l’analyse d’oeuvre comme quelque chose de stérile et scolaire. Tous à vos tableaux !

 

Jean-Paul Aussel

Cet article vous intéresse, partagez-le !
    Publié par : le 12 Mar 2014

    9 commentaires :

    1. Louise

      J’étais déjà convaincue que l’analyse avait un grand intérêt dans la formation, elle m’a amenée à réfléchir davantage sur les compositions.
      C’est un exercice qui peut troubler parce qu’on nous demande de voir des choses alors que, pour la plupart, nous avons peu de connaissances en art et on a tendance à se demander « bon, qu’est-ce que je dois voir, qu’est-ce qu’ils veulent que je vois ? »
      Alors on se rassure en allant chercher ce que les autres ont vu… comme s’il existait une vérité universelle dans l’analyse d’oeuvre… difficile de se détacher et d’oser voir quelque chose de différent.

      Je pense que cet article est vraiment rassurant. D’autres articles du même genre sur différents types de devoirs seraient intéressants.

    2. Laëtitia

      Je dois dire que quand je me suis rendue compte qu’il y avait des études d’œuvres parmi les devoirs, j’étais assez inquiète parce que j’étais assez nulle quand on nous demandait d’étudier des textes au lycée (et là aussi c’était « qu’est-ce que l’auteur a voulu faire passer et par quels moyens ? » et je n’ai jamais vraiment réussi à voir quelque chose), et j’ai eu peur que ça fasse baisser ma moyenne.
      Tout compte fait, je n’ai pas eu tant de difficultés que ça, à part trouver comment exprimer mes idées et les justifier, et en fin de compte, je m’inquiétais pour rien au vu des notes que j’ai eues.

    3. Fabrice

      Au départ j’étais pas trop chaud pour faire cet exercice. Puis je me suis pris au jeu et j’ai découvert que rentrer dans une oeuvre de cette manière – par analyse – est finalement une sorte de politesse que l’on doit à l’artiste qui en est à l’origine; car c’est seulement par cette analyse que l’on peut apprécier pleinement cette création.

    4. Vincent

      Bon article qui nous remet un peu sur les rails !

      Merci

    5. Céline

      Merci beaucoup pour cet article qui indique clairement ce que l’on attend de nous pour ce devoir. Cela me remotive pour faire cette analyse car j’étais un peu perdue!
      Je suis d’accord avec Louise, d’autres articles du même genre sur d’autres devoirs seraient un sérieux coup de pouce!

      • Marie-rose

        Moi aussi je remercie cet article, pour toute les informations données, cela m’aide beaucoup et me motive.

    6. Erika

      Un grand merci a vous pour cet article !
      J’ai justement une œuvre d’art a analyser … j’étais panique a cette idée, mais après avoir lus cette page je suis un peu rassurée et je pense m’en sortir pas trop mal !
      *croise les doigts*

    7. Créac'h

      C’est relativement rempli d’espoir que d’espérer peindre en paix avec un début et une fin. Juste la question que je me pose quand la peinture m’impressionne d’un auteur talentueux, artiste moderne ou classique, c’est sa technique des rapports des couleurs et des masses ainsi et surtout la thématique du sujet. C’est vrai que le savoir qui sert à voir doit me servir pas m’asservir, c’est alors une grande joie pour moi de travailler cela!

    8. Françoise

      Merci de cette approche et bravo pour l’ illustration des propos, simple , efficace…et la pointe d’humour tout y est pour donner envie. Lorsque j’ai vu des analyses d’œuvre au programme j’ai pensé qu’il s’agissait scolairement de vérifier notre aptitude à rédiger…mais là avec les propos de Jean Paul Aussel, j’adhère totalement à la démarche. Promis je vais faire ces devoirs non par devoir mais par intérêt et avec plaisir ….

    Envoyer un commentaire :


    Nom :
    Mail :
    Commentaire :



    Suivez-nous :

    Par mail :
     
    Sur les réseaux sociaux :
     

    Commentaires récents :

    Membre de la CHANED, Chambre Syndicale Nationale de l'Enseignement privé à Distance.