Toute l’actu Déco, Photo, Graphisme, Dessin et Mode par Lignes & Formations,
l’école à distance des métiers créatifs

Accueil  |  Qui sommes-nous ?  |  Contact

Photographie - La correction d'expositionBlog Lignes et Formations
Accueil Parole de pro La correction d’exposition

Si vous travaillez dans les modes P, A ou S de votre appareil photo, vous aurez sans doute remarqué que la cellule de votre appareil vous donne une exposition qu’elle considère la plupart du temps comme juste. Cependant, il arrive qu’elle se trompe ou que l’exposition proposée ne soit pas celle qui vous convient le mieux. La touche de correction d’exposition vous permet de reprendre la main et de corriger une photo qui serait sur ou sous exposée.

 

Ici, l’exposition telle que proposée par le boîtier, et l’exposition après correction.

 

Les modes P, A ou S (Tv) sont très pratiques, car ils donnent dans la plupart des cas des résultats corrects et attendus. En principe, cela est dû au mode de mesure d’exposition choisi qui va exposer pour un gris à 18%. Pour peu que l’on ait fait le bon choix sur la mesure de lumière en fonction du sujet en matricielle, pondéré centrale ou spot, généralement le boîtier donne l’exposition correcte et expose globalement bien pour les ombres et les hautes lumières.

Cependant, dès que la scène devient complexe, trop contrastée, brumeuse, enneigée ou qu’il fait nuit, l’exposition tend à être automatiquement sur ou sous exposée. Pour contrecarrer ce phénomène, il existe deux solutions : soit passer en mode M, sois utiliser plus simplement la touche de correction d’exposition.

En effet, le passage en mode M oblige à connaître et anticiper les effets produits par la gestion de l’ouverture, vitesse et sensibilité, alors que la touche de correction d’exposition va, en fonction du mode de prise de vue choisi, n’agir que sur l’un ou l’autre des paramètres.

En mode Programme, la correction d’exposition va jouer sur la vitesse ou l’ouverture en gardant la sensibilité choisie.
En mode Aperture sur le temps de pose.
En mode S ou Tv sur l’ouverture.
Dans les cas où la sensibilité a été réglée sur Auto, c’est d’abord sur les ISO que la correction d’exposition va agir.

 

 

Ainsi l’utilisation de cette touche va permettre de modifier un réglage à la volée sans avoir besoin de méthodologie complexe. Elle peut être un bon moyen de maîtriser avec plus de pertinence l’exposition de l’appareil pour ceux qui hésitent encore à se jeter dans le grand bain du mode M.

Néanmoins, il faut savoir qu’il n’y a pas d’exposition parfaite et que c’est à vous de décider si l’exposition proposée automatiquement par votre boîtier est la bonne ou non. Vous pourrez ensuite agir sur cette correction d’exposition sur plus ou moins 2 à 5IL en fonction des caractéristiques techniques de celui-ci.

Évidemment, avec le numérique, il est devenu très facile de savoir si l’exposition est la bonne, d’autant plus que la généralisation des écrans électroniques donne un aperçu en temps réel de ce qui se passe sur le capteur. Dans les viseurs optiques, la barre de correction d’exposition est matérialisée par une série d’incrément avec le 0 au milieu. En déplaçant le curseur, on sait donc très précisément où on se situe.

En outre, si on veut éviter de tâtonner et avoir un aperçu plus fiable de l’exposition de la photo autrement qu’en se fiant à l’écran de son boîtier (qui est toujours un peu trop flatteur), on peut activer l’histogramme. Si la masse des pixels est concentrée sur la droite, c’est que la photo sera sur-exposée. Si elle concentrée sur la gauche, elle sera sous-exposée. Si elle est au centre du spectre, l’exposition sera exposée selon le mode de mesure de l’appareil.

Il existe cependant quelque cas où on peut savoir d’avance si la cellule risque de se tromper ou non. Ainsi, le piège le plus courant est celui d’une photo de robe de mariée ou d’un paysage enneigé. La celulle du boîtier voulant absolument faire une mesure pour un gris à 18%, elle va nécessairement sous exposer la photo et donner un rendu plat et grisâtre, alors que la neige est bien blanche !

Pour réaliser cette image, la photo a été sur-exposée d’1,5 IL

De la même façon, lorsque vous souhaitez faire une photo d’un coucher de soleil, vous avez sûrement remarqué que votre image est toujours un peu sur-exposée et ne rend pas justice à la beauté de la lumière. Plutôt que de vous compliquer la vie, utilisez simplement la touche de correction d’exposition et diminuez celle-ci d’un bon IL, vous aurez sans doute plus facilement satisfaction.

En sous exposant, on arrive à retranscrire plus fidèlement un coucher de soleil sur la baie du Mont-Saint-Michel. De plus, la sous exposition permet de contraster un peu plus l’image.

 

Enfin, pour les cas complexes de contre-jour par exemple, ou lorsque le ciel est trop blanc, vous devrez nécessairement faire un choix personnel entre exposer pour les hautes ou les basses lumières, sans pour autant totalement enterrer ou brûler l’un ou l’autre.

Et c’est là qu’en post production, grâce à la puissance du Raw, vous retrouverez toutes les informations qui vous permettront de trouver l’équilibre parfait !

David Lefèvre

Cet article vous intéresse, partagez-le !
    Publié par : le 27 Sep 2017

    Envoyer un commentaire :


    Nom :
    Mail :
    Commentaire :



    Suivez-nous :

    Par mail :
     
    Sur les réseaux sociaux :
     

    Commentaires récents :

    Membre de la CHANED, Chambre Syndicale Nationale de l'Enseignement privé à Distance.