Toute l’actu Déco, Photo, Graphisme, Dessin et Mode par Lignes & Formations,
l’école à distance des métiers créatifs

Accueil  |  Qui sommes-nous ?  |  Contact

Des erreurs techniques à éviter absolument dans la colorisation d’une illustration (4/4) - Parole de proBlog Lignes et Formations
Accueil Parole de pro Des erreurs techniques à éviter absolument dans la colorisation d’une illustration (4/4)

Nous arrivons maintenant à la phase finale concernant notre mise en couleur. Il nous reste à convertir le fichier pour l’impression et à éventuellement procéder à des ajustements.

formation a distance dessinateur bd

1- Les problèmes

Attention au travail dans le mode RVB, s’il vous donne accès à certains réglages et filtres, vous risquez d’être désagréablement surpris dans le passage au mode d’impression quadri, en CMJN.

Deuxièmement, avez-vous bien  vérifié la mise en couleur dans les détails ?

Enfin, comment faire des modifications de couleurs qui soient réversibles ?

2- Les solutions

Le mode RVB vous donne accès à des réglages, comme « vibrance », qui sont très intéressants, ainsi qu’à des filtres qui sont plus anecdotiques. Mais il vous offre surtout une gamme de couleur bien plus étendue que celle disponible en noir et blanc et qui n’est pas transposable.

En clair, certaines couleurs vives existent en RVB et n’existent pas en quadri. C’est ainsi, il n’y a pas de solutions pour transposer avec exactitude ces couleurs ! Donc, si votre fichier est destiné à l’impression, passez-le en quadri, sans fusionner les calques.

Vérifiez, dans Photoshop, que vos préférences de couleur sont bien paramétrées pour l’Europe et non pour un autre continent.

Selon les paramètres utilisés avec le pot de peinture, vos surfaces ont été plus ou moins bien remplies. Il va falloir zoomer sur l’illustration et checker si vous n’avez pas de surfaces non peintes :

formation-a-distance-dessinateur-bd

Dans l’image ci-dessus, j’ai entouré en rouge les défauts à corriger et en jaune les imperfections qui disparaîtront à l’impression. C’est un zoom sur image. Pour bien corriger n’allez pas au-delà d’une vue à 200 %, car plus vous allez zoomer, plus vous allez voir des défauts… que personne ne verra sans une loupe. N’oubliez pas qu’à l’impression l’encre s’étale un peu et va boucher des parties incomplètes.

Passons maintenant au dernier point, les calques de réglages et, en particulier, celui de teinte saturation.

Voilà l’illustration originale où j’ai racheté des pommes rouges.

formation-a-distance-dessinateur-bd

Vous rajoutez par-dessus le calque de couleur, et toujours en écrêtage, un calque de réglage. On les trouve dans la palette calque, il s’agit du picto rond moitié noir, moitié blanc, en bas. Ici, prenons le calque Teinte/Saturation.

Comme vous le voyez, en déplaçant les curseurs, vous changez toutes les couleurs, les verts, mais aussi les rouges des pommes.

formation-a-distance-dessinateur-bd

Si vous cochez la case COLORISER, vous obtiendrez alors un camaïeu, dans ce cas  les pommes sont colorisées de la même façon que les verts, dans la couleur que vous choisissez.

Et il vous faudra chercher la couleur qui vous satisfait le plus en bougeant les paramètres : Teinte, Saturation et Luminosité.

formation-a-distance-dessinateur-bd

L’intérêt de procéder ainsi est énorme :

  • Tout d’abord vos modifications ne sont pas destructives, vous pouvez donc procéder à des essais, des modifications et revenir au point de départ. Vous pouvez même renommer vos calques de réglages « correction plus bleue du 12 avril », etc.
  • Vous avez accès à plusieurs types de réglages : Courbes, Balance des couleurs, etc.
  • Et vous n’êtes pas obligé d’appliquer votre correction à 100 %. Vous pouvez paramétrer votre calque de réglage à 15 %, 30 % ou toute valeur entre 0 et 100. Vous pouvez aussi associer à votre calque de réglage un masque de fusion, pour n’appliquer la correction que sur une partie de la couleur, comme dans l’exemple ci-dessous.

formation-a-distance-dessinateur-bd

Cette procédure est absolument la bonne à suivre : votre perception des couleurs change, le bleu que vous avez choisi ce matin vous semblera peut-être trop vif le soir.

Et, surtout, il est important d’avoir des document souples pour parer aux corrections inévitables demandées par un client, et également dans le cas où vous devriez échanger des fichiers natifs (PSD ou autres) avec des collaborateurs.

L’organisation, y compris par le nommage des calques, va s’avérer précieuse lorsque vous reprendrez un travail laissé de côté pendant plusieurs jours.

Vous avez maintenant une bonne méthode professionnelle pour faire vos colorisations. Il en existe d’autres, mais elles reposent toutes sur le même schéma, avec de petites variantes.

Jean-Paul Aussel

Cet article vous intéresse, partagez-le !
    Publié par : le 23 Mai 2018

    2 commentaires :

    1. Baudouin Youlia

      Merci beaucoup pour tous vos conseils et astuces et, surtout, pour votre investissement personnel afin que nous puissions progresser. C’est précieux!

    2. Jean-Paul AUSSEL

      Merci Youlia.

      Il faut bien comprendre que Photoshop n’est pas un logiciel créé au départ pour faire de la colorisation, et parfois des idées qui semblent évidentes (comme d’utiliser le pot de peinture directement) ne sont pas celles qui vont donner le meilleur résultat.
      Bien cordialement.
      Jean-Paul Aussel

    Envoyer un commentaire :


    Nom :
    Mail :
    Commentaire :



    Suivez-nous :

    Par mail :
     
    Sur les réseaux sociaux :
     

    Commentaires récents :

    Membre de la CHANED, Chambre Syndicale Nationale de l'Enseignement privé à Distance.