Toute l’actu Déco, Photo, Graphisme, Dessin et Mode par Lignes & Formations,
l’école à distance des métiers créatifs

Accueil  |  Qui sommes-nous ?  |  Contact

Comment répondre à un retour d'un éditeur BD ? - Blog Graphisme LignesBlog Lignes et Formations
Accueil Parole de pro Comment répondre à un retour par mail d’un éditeur ?

Nous avons parlé dans notre article 5 erreurs à éviter dans une lettre à un éditeur de BD d’une première démarche envers un éditeur bd. Il se trouve que l’élève dont nous parlions vient d’avoir un retour positif. Alors, que faire maintenant ?

Répondre à un éditeur

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles ?

Tout d’abord avoir une réponse personnelle est déjà une très bonne chose. Dans de nombreux cas, l’éditeur ne va pas répondre du tout. On peut considérer que deux mois sans nouvelles, ce n’est pas une bonne nouvelle malheureusement.

En allant un tout petit peu plus haut dans l’échelle des réponses possibles, il y a la lettre standard. Celle qui précise que vous ne correspondez pas aux attentes, mais qui reste floue. Le seul intérêt de cette lettre peut  parfois être un renseignement du type  « la collection où vous désiriez être publiée est arrêtée, suite à un manque d’intérêt du public », mais sinon elle vous informe généralement de la façon dont vous pouvez récupérer votre envoi, et du fait qu’il est bien arrivé sur place.

Pas de nouvelles de l’éditeur : je relance ?

Vous pouvez en effet faire une relance pour vous assurer que votre envoi a bien été reçu. La plupart du temps vous récolterez une nouvelle réponse stéréotypée, parfois une réponse franche « si vous n’avez pas eu de réponse au bout d’un mois, malheureusement pour vous, c’est que votre travail ne convient pas ».

Surtout ne relancez pas de façon agressive : « je ne comprends pas que vous ne me répondiez même pas, c’est pourtant la 4e fois que je vous envoie un projet ! etc. ».

Petite maison d’édition, réponse assurée ?

Oui et non. On peut en effet penser qu’une petite maison d’édition va  moins crouler sous les demandes de dossiers et être plus disponible pour répondre, de façon personnalisée. Mais elles ont souvent moins de moyens humains, répondre prend du temps, et si, a priori, vous avez plus de chances d’avoir un retour, il peut aussi être très long à venir ou ne jamais venir. D’ailleurs une petite maison d’édition sort moins d’albums chaque année, donc, proportionnellement, elle se retrouve avec  une proportion proche d’une grande maison entre projets envoyés par les auteurs et possibilités d’édition.

« C’est presque ça… »

C’est une catégorie que l’on pourrait qualifier à travers cette phrase de l’ancien directeur des éditions Soleil, Mourad Boudjellal, qui s’adressant à un auteur, lui tint à peu près ce langage : « Vous êtes dans les meilleurs de ceux que l’on ne prend pas, il faut maintenant passer dans les moins bons, mais de ceux que l’on prend ! ».

Ici nous arrivons à un niveau plus intéressant de retour, il s’agit de la réponse qui est négative, mais qui va être un peu personnalisée : on vous demande d’améliorer surtout tel ou tel point (qui peut être vaste comme « améliorez votre travail sur la morphologie des personnages », « vous dessinez bien, mais votre encrage n’est pas au point », « l’histoire manque de rebondissement », etc.)

Au moins quelqu’un a pris la peine de vous répondre, et, surtout, cela vous indique dans quelle direction vous devez avant tout porter vos efforts.

Comment répondre aux retours d'un éditeur ?

« Et à part ça ? Vous avez autre chose ? »

Ici, c’est à peu près la réponse reçue par notre élève. Quelques questions générales, des compliments sur le potentiel réel, et cette phrase qui indique un directeur artistique prêt à suivre notre élève.

Ici, il est possible que vous soyez un peu déçu. En effet, vous avez montré un projet qui vous tient à cœur, une histoire, les recherches sur les personnages, et les pages qui vont avec, vous y avez mis tout votre cœur, et on voudrait voir autre chose !

Tout d’abord, vous n’avez pas encore assez de recul sur votre projet, le fait qu’un directeur artistique n’accroche pas sur celle-ci est peut être justifié, et dans quelques mois vous partagerez ce point de vue, et puis l’éditeur n’a aucune obligation envers vous.

En fait, l’éditeur se place aussi sur la durée, et il a envie de « voir ce que vous avez dans le ventre ». C’est un peu comme un entraîneur qui avant d’accepter de s’occuper de tel ou tel artiste, désire le voir  à l’entraînement pour savoir si la médaille est dans l’ordre du possible ou pas. Il va donc falloir faire attention à ce que vous allez envoyer en complément. Le but est de préserver l’intérêt, pas de l’émousser. Il va falloir résister à l’envie de renvoyer par exemple des travaux trop anciens et de qualité bien moindre. Dans le cas où vous avez beaucoup de « matériel », comme on dit, nous vous conseillons de faire plusieurs envois, espacés régulièrement dans le temps.

Un exemple : comment Manu Larcenet a débuté

L’auteur des trois magnifiques tomes de  « BLAST », du « Retour à la terre », ou du « Combat ordinaire », entre autre, a raconté ses débuts  dans l’émission de France Culture « Mauvais Genre »

Réécouter l’émission « Mauvais Genre » avec Manu Larcenet sur France Culture

Il y indique qu’il envoyait régulièrement des tas de dessins et de pages au journal Fluide Glacial, qui après de nombreux envois (visiblement chargés) lui a pris une première histoire, puis … une autre, puis un album, deux, etc. Il faut comprendre qu’au moment où Fluide lui demande de retravailler une histoire, le journal sait déjà qu’en face il y a quelqu’un qui est un travailleur.

Conclusion

Il est vraiment important de garder à l’esprit que l’éditeur cherche un collaborateur, et très rarement à faire un simple « coup  marketing », il est normal que vos envois lui montrent des qualités de régularité dans la réalisation artistique et technique de votre travail.

Jean-Paul Aussel

Cet article vous intéresse, partagez-le !
    Publié par : le 05 Mar 2014

    2 commentaires :

    1. RENAUDEAU Vincent

      Bonsoir Jean,

      Si vous butez sur les scénarios et comment attirer l’attention d’un éditeur je peux vous conseiller « La Dramaturgie » d’Yves Lavandier. Accessible, fourni, complet, il est parfait pour s’initier ou même s’améliorer considérablement niveau scénario. En espérant que ça pourra vous aider. 🙂

    2. Thuilliez

      Merci pour cet article instructif 🙂
      Merci aussi à Vincent pour la bibliographie 😉

    Envoyer un commentaire :


    Nom :
    Mail :
    Commentaire :



    Suivez-nous :

    Par mail :
     
    Sur les réseaux sociaux :
     

    Commentaires récents :

    Membre de la CHANED, Chambre Syndicale Nationale de l'Enseignement privé à Distance.