Toute l’actu Déco, Photo, Graphisme, Dessin et Mode par Lignes & Formations,
l’école à distance des métiers créatifs

Accueil  |  Qui sommes-nous ?  |  Contact

Gérer sa promotion webBlog Lignes et Formations
Accueil Parole de pro Gérer sa promotion web (Partie 2)


Jean-Paul Aussel nous explique l’importance de l’e-reputation, ses enjeux et comment la gérer.

Quelle stratégie web adopter ?

. Quelle stratégie web adopter ?

Prendre conscience des enjeux :

Même si vous n’avez pas les moyens d’une entreprise de taille importante qui peut avoir un service dédié au suivi de son e-réputation, vous êtes exposé aux mêmes travers liés à la permanence des écrits sur le web.

Exemple :
Il y a trois ans j’ai eu une très mauvaise expérience avec un revendeur de matériel informatique. Rendez-vous téléphonique excellent, mais, après un déplacement en banlieue éloignée, je trouve une porte fermée, le téléphone ne répond pas, et des excuses douteuses ne viendront que le lendemain. Du coup, je poste sur un forum une demande d’avis sur l’entreprise en question en racontant mon expérience, afin de savoir si j’avais eu de la malchance avec eux ou si je devais chercher un autre vendeur plus sérieux.
Et bien, au bout de quelques semaines, systématiquement, lorsque les internautes faisaient une recherche sur cette entreprise, c’est mon message et les commentaires sur celui-ci qui arrivaient en tête dans Google. J’ai du coup été contacté par cette entreprise car elle perdait des prospects à cause d’UN post.

L’iceberg, sa pointe, et sa partie immergée

Savoir ce qu’un moteur de recherche va faire ressortir concernant votre marque n’est pas facile à contrôler sans y consacrer du temps et de l’argent. Et, même si vous aviez ces moyens, certaines clés sont secrètes et, surtout, évoluent en permanence.
Par exemple, sur votre site vous avez une partie portfolio avec plusieurs visuels. Et vous constatez qu’après une recherche c’est surtout l’image « Visuel.06 » qui arrive en tête, et presque jamais « Visuel.04 » pourtant au même endroit, pourquoi ? Mystère basé sur un algorithme jalousement gardé secret par le moteur de recherche.

Vous devez donc toujours avoir en tête que tout ce que vous postez et rédigez sur la toile peut avoir une incidence quant à votre crédibilité professionnelle. Il faut que l’internaute qui arrive chez vous par la pointe de l’iceberg trouve celle-ci suffisamment intéressante pour qu’il aille voir la partie immergée.

Or, à la manière des culbutos, l’iceberg en question n’est pas fixe, selon les mots choisis par l’internaute, il peut arriver dans votre iceberg-maison par la fenêtre, la salle de bain, la table du salon (et peut-être aussi par la porte). Il faut donc ne sous-estimer aucune de vos publications.

La grenouille et le boeuf : savoir gérer ses forces

Ne faites pas comme dans la fable. Le bœuf ici, c’est l’entreprise qui peut rémunérer une ou plusieurs personnes pour s’occuper de sa communication web. On a parfois un enthousiasme prononcé à l’apparition de tel ou tel réseau social. On commence par publier en étant extrêmement actif. Et quelques temps après on y devient muet, ou presque. Le résultat va plutôt vous desservir (et vous faire culpabiliser).

Déterminez par avance le temps que vous pouvez vraiment investir dans cette communication, soyez régulier dans la fréquence. Sachez que cette présence sur la toile n’est pas une garantie de commandes, que même la publicité payante, la présence dans un annuaire, si elle peut vous garantir un certain trafic ne va pas être obligatoirement rentable.

To be or not to be social network? That is a good question…

Si lorsqu’on vous cherche sur le net, le seul lien est celui de votre photo en terminale sur le site Copains d’avant, c’est plutôt décrédibilisant à l’heure actuelle. Et inversement, si vous occupez les cinq premières pages de Google avec des publications permanentes sur les réseaux sociaux, mais un book composé seulement de 4 visuels, on aura vite compris que vous êtes surtout un « net-addict » plus qu’un véritable créatif.

reseaux-sociaux

Quelle stratégie web adopter ?

Payez pour des annonces ou des annuaires

Google s’est développé comme un cheval de Troie. Il a offert un outil de recherche de façon gratuite, qui a vite conquis la suprématie des parts de marché dans ce domaine, et a ensuite inventé un système de publicité, payante bien sûr, basé sur des mots clefs. En effet, avoir une stratégie afin d’arriver dans les premières positions de la première page est long, cher et n’est jamais garanti dans le temps.

Les entreprises qui n’occupent pas cette place mais désirent tout de même avoir une visibilité optent donc pour l’achat de mots clefs via des annonces qui mènent vers leurs site. Ce système des Adwords est modulable, vous pouvez faire une campagne publicitaire pour 5 euros. Mais si le mot que vous avez choisi coûte 1 euro, une fois que 5 clics auront été effectués, votre campagne s’arrêtera là…

Le système est tentant, mais il nécessite un gros investissement en temps pour bien le gérer (et le comprendre) et vous pouvez dépenser beaucoup d’argent, avoir de nombreuses visites-éclairs qui ne vous rapporteront pas un seul client.

Dans le même ordre d’idée, vous avez dans différentes professions artistiques des annuaires gratuits où vous allez vous inscrire au milieu de centaines d’autres artistes, et des annuaires payants qui sont censés faire un tri plus sérieux, et qui investissent, eux, dans des publicités. En clair, vous faites partie d’un vivier d’artistes et chaque option pour que votre annonce soit plus mise en avant par rapport aux autres correspondra à un coût supplémentaire. Ces annuaires fonctionnent avec des abonnements, ou des formules qui vous obligent à payer chaque fois que vous répondez à un devis. Donc prudence…

Lorsque l’on est salarié, payer pour une annonce qui va par la suite nous amener à exercer un métier avec un salaire fixe peut être rentable. En tant qu’indépendant, si votre abonnement à un annuaire professionnel vous coûte 20 euros par mois, donc 240 sur l’année, c’est déjà une somme, et le retour peut aller de zéro à une petite commande à 300 euros (avec les charges ; une opération donc « blanche »), ou bien un contact avec une belle commande à 5000 euros.

Il est difficile de trancher de façon totalement définitive sur cette question de l’investissement publicitaire pour un indépendant. Ce qui est certain, c’est qu’il est indispensable que votre travail présente une qualité professionnelle réelle avant de réaliser ces achats publicitaires. Et de bien vous renseigner sur les forums…

Pour conclure :

La présence sur le net n’est jamais anodine, chaque fois que vous vous inscrivez quelque part, il est important que vous décidiez déjà si cette inscription est personnelle (pseudo) ou si elle a pour but de mettre en avant votre nom (votre marque).

Le plus important est d’avoir un site de qualité (ceci veut aussi dire que vos œuvres sont de qualité) et responsive (qui soit lisible sur ordinateur, tablette et smartphone).

Ensuite, si vous décidez d’occuper également d’autres créneaux plus « flash », veillez à le faire sérieusement, n’intégrez pas une communauté juste pour faire « coucou j’existe ! » et ne rien y apporter. Prévoyez surtout un emploi du temps pour consacrer les minutes nécessaires à cette communication, comme celles nécessaires à votre travail administratif, et cherchez à mesurer le résultat sur le long terme.

Jean-Paul Aussel

A lire aussi :

Cet article vous intéresse, partagez-le !
    Publié par : le 01 Juil 2015

    3 commentaires :

    1. Constant

      bonjour,

      merci pour tous ces conseils. Je me suis toujours énormément méfiée de tout ce qui est blog, facebook, etc…, que je considère comme une voie potentielle facile d’accès sur la vie privée des personnes. Ceci dit, j’ai tout de même créé un site web pour promouvoir un livre que j’ai écrit, « vierge pour le moment », mais que je compte alimenter d’ici fin juillet, (dès que j’aurai au préalable protégé mes écrits). Vos conseils me seront donc très précieux.
      Bonne journée.

    2. LENA

      C’est trop génial !!!!!!

      Toutes ces informations merci Jean Paul encore

    3. Sargsyan

      merci bcp pour cet article.

    Envoyer un commentaire :


    Nom :
    Mail :
    Commentaire :



    Suivez-nous :

    Par mail :
     
    Sur les réseaux sociaux :
     

    Commentaires récents :

    Membre de la CHANED, Chambre Syndicale Nationale de l'Enseignement privé à Distance.